Sarah Meister

  • Josef Albers is widely recognized as a crucial figure in 20th-century art, both as an independent practitioner and as a teacher at the Bauhaus, Black Mountain College and Yale University. Albers made paintings, drawings and prints and designed furniture and typography. Arguably the least familiar aspect of his extraordinary career was his inventive engagement with photography, only widely known after his death, including his production of approximately 70 photocollages that feature photographs he made at the Bauhaus between 1928 and 1932. These works anticipate concerns that he would pursue throughout his career--the effects of adjacency, the exploration of color through white, black and gray, and the delicate balance between handcraft and mechanical production. Albers' photographs were first shown at MoMA in a modest exhibition in 1988, when the Museum acquired two photocollages. In 2015 the Museum acquired ten additional photocollages, making its collection the most substantial anywhere outside the Albers Foundation. This publication reproduces each of the photocollages Albers made at the Bauhaus, presenting the scope of this achievement for the first time. An introductory essay by Sarah Hermanson Meister situates them within the contexts of modernist photography, the Bauhaus ethos and of Albers' own practice.

  • Présentée au MoMA, cette exposition retrace la trajectoire de Grete Stern et Horacio Coppola. Formés à la photographie au Bauhaus de Berlin puis contraints d'émigrer en 1936 en Argentine, ils s'imposèrent rapidement comme les fondateurs d'une modernité visuelle révolutionnaire. Travaillant pour la presse et la publicité ils produisirent un abondant corpus d'images : la photographie de Coppola étant intimement liée à la ville de Buenos Aires, et celle de Stern très marquée par sa formation aux arts graphiques avec de nombreux photomontages en plus de portraits et de natures-mortes (17/05 -

  • La collection Thomas Walther du Museum of Modern Art (New York) est un fonds photographique réunissant près de 350 photographies. Elle s'avère unique non seulement au regard de la qualité exceptionnelle des tirages, exclusivement d'époque, mais aussi parce qu'elle reflète un moment clé de l'histoire de la discipline, à travers une centaine de figures emblématiques de l'avant-garde européenne des années 1920 et 1930 comme Berenice Abbott, Manuel Alvarez Bravo, Claude Cahun, André Kertész, Germaine Krull, Alfred Stieglitz, Paul Strand ou Edward Weston, pour ne citer que les plus connues.

  • Cette édition célébrant le 75e anniversaire du livre, reprend fidèlement l'esprit de l'édition originale de 1938 en permettant la redécouverte de l'ouvrage longtemps resté introuvable.
    L'édition originale de ce livre, American Photographs, imprimée avec le plus grand soin, fut publiée par le Museum of Modern Art en 1938 pour accompagner une exposition de photographies de Walker Evans présentant divers visages de l'Amérique du début des années 1930. Comme l'explique la couverture de cette première édition, Evans, « qu'il photographie la Nouvelle-Angleterre ou la Louisiane, qu'il couvre un enterrement politique à Cuba ou une crue du Mississipi, qu'il travaille en veillant soigneusement à ne pas troubler l'ambiance d'un lieu ordinaire, peut être considéré comme une sorte d'oeil fouisseur, désincarné, comme un conspirateur contre le temps et ses martèlements ». Plus que n'importe quel autre artiste, il a inventé des images de l'Amérique, que depuis longtemps maintenant nous acceptons comme des réalités. Son art a exercé une grande influence sur la photographie moderne, mais aussi sur la littérature, le cinéma et les arts visuels en général.
    Cette édition du 75e anniversaire, qui présente des reproductions nouvelles, mais reprend aussi fidèlement l'esprit de l'édition originale de 1938, permet l'accès d'une nouvelle génération à cet ouvrage qui a marqué son temps. Depuis sa première parution, en effet, American Photographs est resté longtemps introuvable, et même les éditions ultérieures, parmi lesquelles deux ont modifié - légèrement mais de façon significative - la mise en page et la typographie du livre, ne se trouvent plus guère que dans des bibliothèques ou quelques rares librairies. Cette version, tout comme celle du 50e anniversaire publiée par le MoMA en 1988, recrée, grâce aux nouvelles technologies numériques, l'aspect de la toute première édition et l'émotion qu'elle pouvait provoquer.

empty