À propos

Un passage par l'hôpital, les soins qu'on y reçoit, l'attention à l'autre qui s'y fait voir à chaque instant, le voisinage de la mort, tout cela fait que se rebattent les cartes de nos soucis, que l'on revoit sa vie en perspective, avec notamment ce que le cinéma y a laissé de traces, de réflexions et de luttes.
Alors revient, inlassable, la question de savoir si, dans les circonstances plus ou moins ordinaires de cette vie, l'on aura eu raison de jouer le jeu. De faire, comme nous y invitent les pouvoirs, ce qu'ils veulent de nous. De suivre, pour ne pas être en reste, les mouvements des majorités, fussent-ils contradictoires. De s'aligner sur les moyennes.
Questions au travail, quand bien même nous les oublions et les refoulons.
Le marché, que des choix politiques imposent toujours plus dans nos existences, ne fait que prendre nos vies pour les détruire. À chacune, à chacun de tirer son épingle du jeu.



Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Cinéma / TV / Animation > Essais / Réflexions / Ecrits sur le cinéma

  • EAN

    9782378561468

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    96 Pages

  • Longueur

    15.7 cm

  • Largeur

    10 cm

  • Épaisseur

    0.9 cm

  • Poids

    72 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Louis Comolli

Jean-Louis Comolli entre aux Cahiers du cinéma
en 1962, en devient rédacteur en chef de 1965 à
1973. Premier film documentaire en juin 1968,
avec Labarthe : Les Deux Marseillaises. Premier
film de fiction en 1974 : La Cecilia. S'ensuivent
plus de quarante « documentaires » et quelques
fictions.

empty